Lutter pour le respect des droits

Nous avons fait plusieurs rassemblements et beaucoup de victimes sont venues à notre rencontre lorsque nous étions devant le palais de justice. Beaucoup traversent des années de procédures en racontant les erreurs de leur avocat, le silence des magistrats suite à leur plainte, les jugements qui semblent n’avoir pas de sens, l’impossibilité de déposer une plainte à la police de leur ville, le silence des autorités durant le déroulement d’une enquête qui peut prendre plusieurs années ou ne pas avoir lieu du tout… Ils sont déçus, écœurés et n’hésitent pas à parler de collusions, de petits arrangements entre élus, entre copains… au détriment des droits.  Et leur dossier contient effectivement des éléments troublants. Et la justice dans tout ça ?

– « C’est la camarade d’un tel ! La police n’a pas voulu prendre ma plainte. »
– « Si c’est la mairie contre laquelle vous avez fait une procédure, c’est le pot de fer contre le pot de terre! Ça n’aboutira pas ! »
– « Ban ‘na na rien à foutre de ou ! Ou peu crevé, zot lé pas là ‘ek ça ! »
– « Tant qu’ na point le sang, zot y vient pas !
– « Je n’ose pas posé plainte. La dernière fois, j’ai appelé la police pour le tapage nocturne des voisins qui font du bruit tout le temps. La police s’est arrêtée devant mon portail pour me demander si c’était moi qui avait appelé. Quand ils sont partis, les voisins m’ont insulté et menacé. Aujourd’hui, ils font encore plus de bruit et personne n’ose appeler la police. Je vis un enfer ! »
– « Mon voisin, c’est un employé municipal. Il vide ses cochonneries chez moi. J’ai appelé la police municipale. Elle n’est pas venue. »
-« Je viens de recevoir un jugement, le juge n’a pas tenu compte des éléments du dossier. L’expert qui a fait le bornage est le camarade du géomètre de ma sœur. L’expert a repris tous les éléments du géomètre camarade de ma sœur… Maintenant, il faut démolir mon mur »…

Nous avons donné la parole aux victimes, nous les avons écoutées, beaucoup nous ont rejoints et nous les aidons à faire des fiches sur leur affaire, à séparer les faits qui concernent le cœur du dossier, les éléments des procédures, les faits qu’ils peuvent reprocher à leur avocat, afin de rendre leur histoire lisible et constater les dysfonctionnements. Nous avons saisi la SCB (société de courtage des barreaux) dans le cas d’une faute professionnelle d’un avocat. Nous avons pu faire des démarches grâce à ses fiches et nous avons eu un retour très satisfaisant de la part du ministère de la justice.

Inutile de vous dire que nos démarches en ont hérissé quelques-uns, qui n’ont semble-t-il pas compris que nous ne sommes pas là pour les attaquer. Nous avons notamment soumis à un tribunal un problème sur un jugement. La réponse adressée à Eveil Citoyen 974 a été très méprisante, mais sans surprise, venant des hautes sphères du tribunal en question. Un autre magistrat de ce même tribunal a eu la délicatesse d’adresser directement une réponse mesurée à l’intéressé. Si le message était le même, le ton était très différent. La qualité d’autorité de la chose jugée nous a été opposée. Ce qui est logique et qui nous a confortés dans notre démarche de nous associer à la procédure que va entamer Au nom du peuple (procédure à l’encontre de cette autorité du juge les sentences) très bientôt et qui est d’utilité publique, dans la mesure où même si le jugement comporte une erreur, il faut un nouveau jugement : 2, 3 4, 5 mois voir 2 ans plus tard… lire l’article

Les aberrations dans les procédures sont le fait de nos députés nous a-t-on dit, ce que nous n’avons aucun mal croire, mais la voix d’une victime est étouffée lorsqu’elle est seule. Nous essayons de répondre au mieux à tous ceux qui s’adressent à nous et qui nous communiquent les éléments nécessaires pour que nous puissions faire avec eux des démarches.

Nous ne travaillons pas seuls. Plusieurs associations nous ont rejoints et nous avons le soutien du délégué DOM TOM d’Anticor (anti-corruption), nous échangeons régulièrement avec Au nom du peuple au niveau national, et nous sommes aussi en contact avec plusieurs associations locales, notamment l’ASIG qui fait un travail titanesque pour les personnes âgées et les handicapés. Nous continuons de multiplier les contacts et les adhérents pour lesquels nous avons finalisé les fiches et pour lesquels nous avons commencé des démarches, ont enfin le sentiment d’être soutenus, de ne plus être seuls, d’avoir enfin des réponses et c’est le plus important.

Nous rappelons à cet effet à ceux qui nous rejoignent que les fiches ne peuvent pas se faire sans eux, qu’il est indispensable d’essayer à travers un mail d’être le plus explicite possible et de fournir les documents qui étayent leur témoignage afin de pouvoir faire des démarches constructives.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lutter pour le respect des droits

  1. Bravo et continuez. Ce que vous faites c’est du jamais vu.Ensemble, nous arriverons à faire bouger les lignes…et même si certains jugements ont autorité de la chose jugée, votre action servira à obliger les juges d’adopter une autre attitude car un oeil les surveille, celui d’Eveil citoyens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s