Témoignage d’Amédé Hélias

Amédée achète un terrain bâti en 2001 à Saint-François réalisant ainsi son rêve. Il s’endette sur 20 ans. Le journal le Jir en a fait la UNE en avril 2004 et cette famille aujourd’hui encore, est toujours dans la même situation, malgrè les différentes procédures en justice. Son témoignage :

Voir le reportage de LaRéunion TV

J’ai acheté un terrain avec une maison bâtie à Saint-François en 2001, avec le notaire M….., dont le cabinet se trouve rue de Paris. L’un des notaires de ce cabinet a d’ailleurs été condamné à plusieurs reprises. Je me suis endetté sur 20 ans.

En 2003, je me suis rendu à la mairie pour faire une déclaration de travaux pour améliorer mon habitation. Là, j’ai appris que le terrain était inconstructible, la maison qui s’y trouve est illégale (sans permis de construire), qu’elle empiète de 9 m² sur la parcelle voisine et que mon acquisition est sous l’égide d’un arrêté de péril depuis 1997.

J’ai remis le dossier entre les mains d’un avocat M. …. qui a réussi à faire rejeter ma requête en civil en première instance avec des éléments où l’escroquerie est évidente.

En 2005, un nouvel arrêté de péril est émis par la mairie de Saint-Denis : je n’ai pas connaissance de l’abrogation de celui de 1997. La mairie m’apprend que la DIA  (demande d’intention d’aliéner) est au nom de l’ancien propriétaire. L’ARS me délivre un certificat d’insalubrité.

Je suis donc victime d’une vente frauduleuse.

J’ai aussi découvert par la suite que mon acte de vente que j’ai reçu plus tard n’est pas paraphé sur toutes les pages, et qu’aux hypothèques, le notaire a déclaré la vente d’un terrain. Je précise que sur mon acte de vente c’est bien écrit « terrain bâti ».

En 2011, persuadé que le voisin de la parcelle voisine empiète sur mon terrain, je fais une nouvelle requête au tribunal. Je découvre que c’est ma maison qui empiète de 9m² et c’est moi qui suis condamné à payer 3000€ de frais de géomètre qui a fait une saisie arrêt sur mon salaire. Par rapport à ses frais, mon avocate, Mme S C ne se présente pas le jour de l’audience.

Je ne compte plus les frais en matière de justice que j’ai versés. Ma famille est ruinée.

Je ne sais plus vers qui me tourner. J’ai déposé une plainte auprès du Procureur de la République le 14 février 2013. Je n’ai aucune réponse.

Ma demande est simple et légitime : qu’on me rende l’argent de mon achat, le montant des intérêts que je paie à la banque pour que je puisse recommencer ailleurs avec ma famille et que je puisse enfin vivre dans de bonnes conditions avec ma famille.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Témoignage d’Amédé Hélias

  1. association de défence des citoyens dit :

    ici beaucoup pratique c’est méthode le peuple Réunionnais est volé , escroqué , pillé , la révolution est peut être la derniere des solutions mais elle est éminente avec de t’elle pratique sans justice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s