Conflit de voisinage

Conflit de voisinage : A qui la faute ?

Ce nouveau drame de conflit de voisinage et les nombreux témoignages que nous recueillons chaque jour nous amènent à nous interroger sur ce fléau qui alimente notre presse quotidienne. Impossible de trouver des statistiques fiables, mais il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour se rendre compte que les drames se multiplient et que les autorités locales ne les prennent pas au sérieux et sont incapables de gérer en amont le problème.

« Tant qu’il n’y a pas de sang, personne ne se déplace ! » C’est le constat de tous ceux qui souffrent au quotidien des nuisances de voisinages et qui renoncent à prévenir les autorités de peur des représailles.

Comment se passe les alertes ?
Lorsque vous composez le 17 et que vous signalez un tapage nocturne, la police se déplace (quand elle n’arrive pas deux heures après votre appel) et se gare devant le domicile de celui qui a porté plainte. Là, évidemment, c’est sous l’œil embué par l’alcool, que le voisin bruyant comprend que la police est là pour lui. Puis, les officiers lui demandent de faire moins de bruits. Lorsque la police a tourné le dos, les menaces et le harcèlement va se retourner contre la personne qui a porté plainte.
Résultat des courses : vous ne pouvez pas appeler la police, car votre voisin bruyant va vous pourrir la vie jusqu’à ce que vous soyez dans l’obligation de déménager.
Vous décidez d’écrire au Procureur de la République. Ce dernier laisse le soin à la maison de la justice de régler le différent à l’amiable, tout en sachant, que si vous avez pris la peine de lui écrire, c’est justement parce que la discussion est impossible. Le voisin bruyant ne vient pas forcément au rendez-vous fixé par le médiateur. Ce dernier le convoquera de nouveau et lors de l’entretien, il s’engagera à faire des efforts.
Après cette expérience, le voisin bruyant va vous regarder « en graine » et faire des efforts pendant quelques temps. Puis, il retrouvera ses bonnes vieilles habitudes : musique à fond, cris sur fond d’alcool…
Si le médiateur constate que rien n’y fait, il transmettra son rapport au Procureur de la République qui classera le dossier dans les archives.
Résultat des courses : vous commencez à faire vos démarches pour trouver un nouveau logement, parce que vous êtes locataire.

Vous êtes propriétaire, vous ne pouvez pas déménager, vous écrivez de nouveau au Procureur de la République, (parce que vous êtes courageux et que vous avez la force d’affronter votre voisin sans gène). Et, vous recommencez à écrire et vous recommencez encore parce que vous n’avez pas de réponse.

Un jour, vous êtes enfin convoqué par la police. Vous décrivez les faits et vous rentrez chez vous. Quelques jours plus tard, votre voisin vous regarde encore plus « en graine », il s’arrange pour faire encore plus de bruit, le pneu de votre voiture est crevé devant chez vous, mais vous n’avez rien vu… Vous êtes sur le qui-vive et vous vous demandez pourquoi rien ne se passe du côté de la justice.

Vous pouvez toujours réécrire au Procureur de la République : pas de réponse et vous ne saurez jamais si vos plaintes ont été classées. Vous commencez à réaliser que vous allez devoir supporter votre triste sort et priez pour que vous puissiez supporter votre malheureux sort. Vous vous êtes quand même équipé d’un sabre, on ne sait jamais.

Et le jour du drame arrive. Allumé par l’alcool, votre voisin est encore plus bruyant que d’habitude. Vous lui demandez d’arrêter. Il vient devant votre portail avec un sabre, vous insulte… Énervé, vous aussi vous prenez un sabre et vous allez lui donner son « rest’ tranquille ».

Un bras coupé, « deux trois dents cassées », du sang partout et la police, les ambulances… Tout le monde est là. Si et seulement si, il y a malheureusement un mort, le Procureur vient enfin sur les lieux, avec le juge d’instruction… et toute l’armada…

Résultat des courses : la justice a enfin réagi et les journaux se déchainent « le forcené »… Si vous êtes le malheureux mort, votre famille va vous faire un bel enterrement : « si ce n’est pas malheureux… » et c’est votre voisin bruyant qui ira peut-être en prison. Quoique… Le cadre social, l’alcool, « lu fait pitié » le pauv ‘boug, lé pas de s’ faut' »… Magistrats sortez vos mouchoirs et ne soyez pas trop durs. Quelques années assorties de sursis devraient faire l’affaire.

Si c’est le voisin bruyant et sans gène qui est sur « le carreau », vous allez écoper de la peine maximale. N’oubliez de porter plainte contre le parquet, parce que si vous êtes dans cette situation, c’est bien de la faute de ceux qui ne vous ont pas assisté dans votre galère même si vous les avez avertis à maintes reprises. Mais ça malheureusement, il faut trouver un avocat pour le faire et ce n’est pas à La Réunion que vous allez le trouver…

Bel exemple de justice peï ! Vous n’avez pas le droit de vous faire justice vous-mêmes, il fallait appeler la police ou écrire au Procureur de la République.

« Disons le chien y essaye mordre son queue ! »

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Conflit de voisinage

  1. Futur Conflit dit :

    En 2008, mon voisin a construit en limite de propriété, je lui ai fais confiance, lorsque j’ai voulu construire en limite de la mienne, il me dit que je peux pas car sa construction est décalée de 5 cm chez lui, du coup, si je décale ma construction, je ne pourrais pas faire l’étanchéité dans l’espace des 5 cm, je suis dans l’est, une région où il pleut beaucoup.
    que puis-je faire?
    Mon autre voisin est en train de construire, toujours en limite de propriété, je ne le connais pas car c’est un nouvel acheteur, j’ai demandé au constructeur ses coordonnées, il m’a esquivé.
    Lors du coulage de la semelle de fondation, il n’a pas coffré, et a largement débordé sur ma parcelle, si demain je dois monter mon garage en limite, je vais être gêné par cette semelle, que puis-je faire ?
    merci!

  2. weil dit :

    j habite a l etang sale les bains lieu dirait t on assez tranquille . je suis confronté a un probleme de tapage nocturne et duirne recurrent de la part de nos voisins monsieur et madame qui habitent chez le pere de celui ci .En effet tous les jours dimanche compris ,des 5h jusqu a tard le soir nous sommes agressé par le son de leur chaine steréo celle ci positionnée a l exterieur de leur maison et donnant directement sur notre terrasse.malgré les interventions multiples de la gendarmerie rien n a pu faire taire le tapage .Au contraire nous n avons recolté qu insultes et menaces de mort. j ai d ailleurs ete agressée physiquement par la femme j ai deposée plainte a la gendarmerie . Nous avons donc saisi le conciliateur a la maison de justice et du droit. Un accord est parvenu a etre signé entre les deux parties la femme s engage expressement a stoppé sa musique . Depuis rien n a changé .Dans ma famille le stress augmente mon epoux et mes enfants sont de plus en plus agités il est difficile de faire les devoirs lorsqu on ne sentant plus parlé a l interieur de notre maison dormir devient un calvaire. que puis je faire pour etre enfin tranquille. merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s