Justiciables, « petites gens »

Après avoir été maltraité par certains nobles et par quelques scribes pendant un an, le Chevalier blanc Muller ne s’embarrassa pas de justifications alors que ses adversaires le tançaient vertement à travers la presse. Et ils sont allés fort loin ! Après avoir étalé leurs précieuses souffrances pendant des mois, ils exigèrent sans ambages son départ. Que lui reprochait-on à ce chevalier blanc ? Ses manières ne plaisaient point et quelques hautes gens de son entourage souffraient disaient-ils, de son comportement autocratique.

Pourtant, il était fort difficile d’imaginer en voyant ses manières courtoises, son air apaisé et tranquille, qu’il était homme à agresser ses interlocuteurs. Il arrive parfois à tout un chacun de s’agacer au plus haut point lorsque pressé par des tâches importantes et lourdes, vous vous trouvez face à quelques réfractaires… Des situations fâcheuses lorsque vous avez de lourdes responsabilités.

Mais les hautes de la haute gente, ne l’entendaient pas de cette oreille et décidèrent à leur tour, que ce chevalier blanc qui était à l’écoute de ceux qu’ils étaient tous censés défendre, ne pouvait en aucun cas continuer son œuvre : réparer les errances des dossiers en souffrance. A force de frapper, ils finirent par obtenir l’écoute de la très haute chancellerie qui le menaçait de l’exiler.

Cette fois, c’en était trop ! Le chevalier, à son tour, répond à ces détracteurs. Sur un parchemin destiné à la haute chancellerie, il décrit avec précision la situation telle qu’elle s’est présentée à lui à son arrivée. Il n’appréciait pas la présence des scribes au sein du palais et ne supportait pas le mépris qu’il ressentait de la part de certains envers  les justiciables. Que pouvait-il faire  d’autre ?

Blessés par cette vérité ouvertement explicitée, les hautes de la haute ne retiennent pas leur colère : « Monsieur, comment osez-vous ? Nous ne méprisons personne ! Cela se saurait !… » Et de rajouter : « ces petites gens qui vous soutiennent… »

Morale de l’histoire : Oyé ! Oyé ! Bonnes gens ! Le pot aux roses est découvert ! A malin, malin et demi…

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Justiciables, « petites gens »

  1. Zozo dit :

    Et dire que les petites gens, car les grandes gensses sont parties, payons le loyer du syndicat de la magistrature, si si, véridique. Depuis 2008, nous réglons par le biais de nos impôts, 14000€ par an.
    Le cheval est un emblème phallique. Donc, les deux choses qui nous méprisent devraient au moins faire attention aux comparaisons.
    Il aurait fallu comparer le procureur Muller à un mousquetaire, par exemple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s